Les gros mots et les airs méchants ne changeront rien de ce que l'on peut être au plus profond de nous. Alors les sons électroniques sur lesquels on peut rapper des choses débiles et sales ne sont que des armures : une armée des ombres plus tard je me vaccine au coeur qui suinte le sang, aux mots dits trop vites. Brouillons après brouillons j'ai l'impression d'être froissé : j'ai pourtant à coeur d'être toujours présentable. Je tire sur la clope, again and again. Faudrait que j'arrête avec la rage, ma négativité n'est plus spontanée elle est une habitude un peu collante lorsqu'on y réfléchit bien. Mais je souris en perspective, histoire d'être une antithèse un peu vaine et mongolienne. Aucune nouvelle de l'ouest, ni de l'est. Demain je me barre à Paris, un peu, histoire de voir si l'air est plus pur là bas. Même si j'y crois pas : moi, mes poumons n'aiment que la pollution. La grosse caisse est le pilon que j'attendais pour ouvrir les pores d'un esprit qui se sclérose sur place. Ouais, ça veut rien dire et je m'en branle : il est l'heure d'oublier les chandelles et faire comme si ça me dérangeait pas de me réveiller seul chaque matin.

Commentaires

Can I kick it ?

Par GlobuleRose le 9 juillet 2013 // 2:51
L'air pur de Paris, c'est bien connu. Et combien sommes-nous à faire comme si ça nous dérangeait pas? Question rhétorique ne nécessitant pas de réponse. Bon séjour à Paname. Respire bien.
Par améliorer référencement google le 3 septembre 2015 // 17:34
Je vous remercie pour l'information.
 

Can I kick it ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://windychildhood.cowblog.fr/trackback/3245096

 

<< Ici | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Ailleurs >>

Créer un podcast